Ce WE on pouvait discuter avec Spielberg sur Seesmic

Mais non c’est pas un poisson d’avril-de-mai… 🙂

Pour preuve, allez voir cet article de Techcrunch : ce WE les utilisateurs de Seesmic ont eu la surprise de voir apparaître des têtes connues : Steven Spielberg, mais aussi Harrison Ford, Georges Lucas, Shia Laboeuf, bref, toute la clique du dernier Indiana Jones (qui sort cette semaine).

Vous l’aurez compris il s’agissait avant-tout de faire la promo du film, et les questions étaient réservées aux journalistes, mais même pour un journaliste, pouvoir discuter en direct avec Spielberg, ça reste impressionnant : voilà la réaction d’une des journalistes qui était en pyjama devant sa webcam pendant l’interview… 🙂

Coté Seesmic : c’est un superbe coup de marketing de Loic le Meur (fondateur de Seesmic), qui en profite pour démontrer aux derniers sceptiques que Seesmic peut avoir une réelle utilité :

  • pour l’équipe du film, la promo sur Seesmic peut générer une audience très importante, pas (encore) équivalente à une promo en prime time sur une chaîne de TV, mais par contre beaucoup plus ciblée, car les utilisateurs de seesmic sont très proches du coeur de cible des gens qui vont aller voir le film.
  • pour les journalistes : c’est un nouveau type d’interview… une sorte de conférence de presse Web 2.0… 🙂
  • et pour les fans, c’est le pied intégral : vous parlez à votre idole et truc incroyable : elle vous répond… 🙂

Coté technique : petit couac… l’affluence et le pic de trafic sur Seesmic a posé pas mal de soucis… à Seesmic, mais aussi à TechCrunch : pour comprendre, il faut savoir qu’il existe un plugin Seesmic qui permet de poster un commentaire sous forme de vidéo Seesmic au lieu de texte sur TechCrunch. Le problème c’est que ce plugin était buggué, et le plantage de Seesmic pendant plusieurs minutes a également fait planter (à plusieurs reprises) TechCrunch. Michael Arrington, un des dirigeants de Techcrunch a vu rouge, car il estime que la moindre des choses aurait été que Seesmic prévienne Techcrunch à propos de ce coup marketing (et donc de la potentielle augmentation brutale de trafic). La où c’est rigolo, c’est que Michael Arrington fait aussi partie des investisseurs de Seesmic

En résumé, faire des coups marketing, c’est bien, mais à condition de ne pas se facher avec ses propres investisseurs… 🙂

C’est également intéressant pour une autre raison : ça rappelle que les sites Webs ne sont pas si indépendants que ça, mais liés entre eux. Et qu’une sorte de blackout comme on en voit aux US pour l’électricité, peut aussi être possible sur le net.

Share this article on :

Leave a Reply